JOSEPH-ANDRE MOTTE

Peu reconnu de son vivant mais devenu une icône à sa mort, Joseph-André Motte a laissé derrière lui une série de meubles simples et élégants dont certains équipent encore plusieurs stations du métro parisien. Retour sur la carrière d’une figure du design hexagonal.

Il aura malheureusement fallu attendre sa disparition, en juin dernier à 88 ans, pour saisir toute l’ampleur de son travail. Joseph-André Motte, architecte d’intérieur et designer est considéré comme le maitre de l’élégance à la française en matière de mobilier. Depuis 1973, plusieurs millions d’usagers du métro parisien se sont assis sur ses sièges coques en métal émaillé installés le long des quais sans savoir qui en était à l’origine. Ce déficit de notoriété publique tranche avec la reconnaissance des milieux professionnels au sein desquels il était devenu une référence de par sa faculté à inventer des lignes nouvelles.

motte02

Né en 1925 à Saint-Bonnet-en-Champsaur et sorti major de sa promotion en 1948 à l’Ecole des Arts Appliqués, Joseph-André Motte débute sa carrière de décorateur à l’Atelier d’Art du Bon Marché avant de cofonder en 1954 l’ARP (Atelier de Recherche Plastique) avec ses confrères Pierre Guariche et Michel Mortier. Dès lors, cet élève de René Gabriel et de Louis Sognot admiratif du couple Eames va redéfinir le mobilier français en lui apportant une touche de modernité et d’élégance par la création de formes simples et rondes (forme coque) et l’utilisation de matériaux innovants à l’époque dont le formica, le plexiglas et la mousse de latex. Il aura également recours au bois, au rotin tressé (fauteuil Tripode – 1952) et à l’acier inoxydable (Mobiler National 1967) pour revisiter à sa manière le classicisme en gardant toujours à l’esprit l’accessibilité de ses produits.

Durant les Trente Glorieuses, son influence est grandissante. Les chantiers fleurissent aux quatre coins du pays et plusieurs commandes publiques d’aménagement lui sont confiées : Aéroports d’Orly Sud (1958-1961) et de Lyon Satolas (1975), gare maritime du Havre (1963-1964), RATP (1973), Aérogare de Roissy 1 (1974) ou la préfecture du Val d’Oise à Cergy-Pontoise. En parallèle, il débute sa collaboration avec l’éditeur Steiner pour lequel il a créé les fauteuils 740, 770, 800 et la chaise A 6 réédités il y a peu. Ancien professeur aux Arts Déco et président de la Société des Artistes décorateurs de 1966 à 1968, Joseph-André Motte a participé à la construction du monde dans lequel nous vivons aujourd’hui.

motte03

Fauteuil 740 : Réédité en 2012 par Steiner, le fauteuil 740 fut présenté pour la première fois au Salon des Arts Ménagers en 1957 (Prix René- Gabriel). Equipée d’un piètement en acier inox brossé ou laqué noir, cette pièce phare signée Joseph-André Motte en hêtre et pin massifs arbore des lignes typiques des années 50. Avec sa mousse de polyuréthane haute résilience, ses sangles élastiques croisées et son revêtement disponible en tissu, cuir et microfibre, le 740 garantit un confort optimal. A partir de 1040€.

…………………………………………………………………………………………………………………….

© Photos : D.R / Steiner

Facebooktwittergoogle_pluspinterestlinkedin


© 2015 FOCUS MAGAZINE Montpellier - Nîmes - Avignon - Marseille - Aix en Provence