VILLA CAVROIS

Après un long chantier assuré par le centre des monuments nationaux, l’un des chefs d’œuvres de l’architecte français Robert Mallet-Stevens est enfin ouvert au public. L’occasion de découvrir un bijou de l’architecture moderne, situé à proximité de Roubaix. Visite guidée.

 Au premier coup d’oeil, le bâtiment ressemble à un paquebot posé sur une immense étendue de gazon. Et ce n’est pas une impression, car la Villa Cavrois nous propose des mensurations presque démesurées : 60 mètres de long, 1.800 m2 habitables, 830 m2de terrasses, ce n’est pas rien.

La Villa fut inaugurée en 1932 pour l’anniversaire de la fille de Jean Cavrois, son commanditaire, riche industriel ayant fait fortune dans le textile. Une demeure pour y accueillir son couple et leurs sept enfants et évidemment toutes les commodités désirées par une famille bourgeoise de l’entre deux guerres. L’architecte y concilie donc le luxe, l’hygiène et le confort en passant évidemment par son style particulier : un modernisme fait de simplicité.

VillaCavrois02

A l’époque, un grand huit posé au sol fait office d’entrée pour les véhicules qui peuvent alors entrer dans le parking situé au sous-sol depuis lequel on accède aux niveaux supérieurs par un ascenseur signé Jean Prouvé, Malet-Stevens était bien entouré ! Dès l’entrée, le vestibule est majestueux,  recouvert de marbre et s’ouvre sur une enfilade de grandes portes se terminant sur une vue presque infinie sur le jardin agrémenté d’un miroir d’eau, prolongeant encore davantage la vue. Sensationnel. Toutes les pièces sont vastes : deux salles à manger, l’une pour les parents, l’autre pour leurs enfants, un fumoir, une cave à vins, des espaces de détente et de sport… Et l’extérieur connaît les mêmes excentricités avec d’innombrables terrasses, un bassin de natation, le long miroir d’eau, un verger, un potager, un poulailler, une roseraie…

Toute la composition est faite de proportions, les lignes horizontales créées par le mobilier intérieur, les revêtements en marbre blanc et en briques jaunes surlignées de gris sur toute la longueur des joints, les éclairages dissimulés favorisent les perspectives et le sentiment d’espace est décuplé. Toutes les pièces sont communicantes et accueillent un confort peu commun dans les années 30 : chauffage central, ventilation et téléphone discrètement installés partout. Les matériaux utilisés sont aussi exceptionnels : marbre blanc, marbre vert de Suède, essences de bois rares comme le poirier ou le noyer parfaitement mis en valeur par la simplicité et la modernité des formes du mobilier et de la Villa en elle-même.  

VillaCavrois03

Particularité du travail de Robert Mallet- Stevens, cette modernité est uniquement visuelle car si l’on se base sur l’axialité et la symétrie, on remarque que la Villa Cavrois respecte le même principe que les châteaux du XVIIème siècle. Ou comment combiner passé, présent et futur dans un seul et unique bâtiment.

Le Centre des Monuments Nationaux a donc eu beaucoup de travail pour réhabiliter ce bijou architectural, le mobilier et la bâtisse ayant subi les outrages des années, de l’occupation durant la seconde guerre mondiale, des différents propriétaires et des conditions météo. Il aura donc fallu douze années de rénovation afin d’ouvrir à nouveau ce lieu au public et sauver ce témoignage de l’architecture moderniste. A visiter sans hésiter !

 

www.villa-cavrois.fr© Robert Mallet-Stevens – ADAGP / Centre des Monuments Nationaux / Jean-Luc Paillé & Didier Plowy.

Facebooktwittergoogle_pluspinterestlinkedin


© 2015 FOCUS MAGAZINE Montpellier - Nîmes - Avignon - Marseille - Aix en Provence