BIANKA LEONE

BIANKA LÉONE OU L’HISTOIRE DE LA RENCONTRE ENTRE GRAPHISME SOIGNÉ, TEXTILE SUBTIL ET SAVOIR-FAIRE ARTISANAL. FONDÉE L’ANNÉE DERNIÈRE PAR VÉRONIQUE BOISSY, LA JEUNE MAISON MONTPELLIÉRAINE PRÉSENTE DES CRÉATIONS ÉLÉGANTES ET DOUCES CONFECTIONNÉES EN FRANCE DANS UNE DÉMARCHE ÉCO-RESPONSABLE.

Bonjour Véronique, vous êtes designer textile et avez travaillé en freelance avant de lancer votre propre ligne d’accessoires. Racontez-nous l’histoire et la naissance de Bianka Léone ? Exactement, j’ai suivi une formation de design textile au sein de deux écoles parisiennes, les Arts Appliqués Olivier de Serre et Françoise Conte puis exercé dans différents bureaux de style et dans la décoration d’intérieur. Bianka Léone est née de l’envie de trouver un support pour mes créations visuelles. J’ai commencé par une collection de coussins avant de développer la ligne avec des sacs et des pochettes. J’ai travaillé près de deux ans sur le lancement de Bianka Léone car il a fallu organiser toute la partie design et production. Puis j’ai présenté les premières pièces durant l’été dernier avant la mise en ligne du site en décembre. Bianka Léone est aussi une aventure humaine faite de rencontres et de partage.

bléone02

D’où vient le choix du nom ? J’ai cherché pendant de longues semaines en couchant sur le papier des idées aux différentes sonorités, faisant référence au mélange des cultures et surtout à mes souvenirs d’enfance. Bianka Léone évoque le voyage, l’évasion, l’exotisme, la douceur et la poésie, à l’image de mes créations.

Comment avez-vous imaginé cette première collection ? L’idée première était donc de mettre ces supports textiles au service de mes créations visuelles. Celui que l’on retrouve le plus souvent sur mes pièces est le soleil, inspiré d’une image pieuse de ma grand-mère et devenu le logo de Bianka Léone qui se décline en différents coloris. Les autres sont le fruit d’un long travail de recherches, d’associations d’idées, de jeux de superpositions. Je travaille à partir de photos, de matières… que je mélange pour donner naissance aux images que l’on retrouve aujourd’hui sur les produits de la marque. Je m’inspire aussi de mes voyages, d’éléments décoratifs et de l’art en général. Ma grand-mère collectionnait dans ses tiroirs plein de belles choses, des dentelles et autres petits trésors devant lesquels je m’émerveillais durant mon enfance et c’est de là qu’est né mon amour et ma sensibilité pour cet univers délicat et poétique.

Vous avez opté pour une fabrication française et une démarche écoresponsable. Pouvez-vous nous dire quelques mots sur vos partenaires ? J’ai effectivement choisi les circuits courts et une fabrication de qualité comme partie de l’identité de la marque. Il m’a fallu un certain temps pour constituer mon réseau de fabricants. Aujourd’hui, la plupart de mes partenaires, labellisés Entreprises du Patrimoine Vivant, se trouvent en France. Mais si demain je dois faire appel à d’autres pays européens pour développer de nouveaux produits, je n’hésiterai pas si la qualité est au rendez-vous. Le Made in France est une valeur ajoutée au même titre que le Made in Europe. L’impression du lin est réalisée dans le Nord, la confection à Cambrai, les plumes de canard pour les coussins proviennent des Ardennes et la pose des boutons pression a été confiée à une petite couturière de Montpellier. Les conditions de travail entrent également en ligne de compte dans le projet.

bléone03

Le choix des matières constitue également l’ADN de Bianka Léone. Qualité, confort et durabilité sont leurs principales caractéristiques… Le choix pointu des matières fait entièrement partie de la philosophie Bianka Léone. Pour le Lin avec lequel sont fabriquées toutes nos pièces, je fais appel à une structure implantée en Belgique qui me garantit une qualité irréprochable. Quant au cuir, je travaille avec un petit atelier situé dans l’Aveyron qui collabore avec une Tannerie de Bédarieux fondée il y a 150 ans. J’ai ainsi pu choisir la couleur du cuir au tannage végétal qui est notamment utilisé pour les anses réglables en hauteur de nos sacs. En plus du confort, il était important d’assurer une longue vie aux pièces grâce à des matières de bonne facture.

Avez-vous quelques détails à nous donner sur les futures pièces ? Etant donné que je ne fonctionne pas comme une marque de mode qui présente une collection à chaque saison, je lancerai une prochaine collection l’année prochaine. Le réseau de partenaires étant en place, je vais pouvoir désormais consacrer une bonne partie de mon temps aux prochains visuels qui s’inspireront de mes derniers voyages.

bléone04

Comment envisagez-vous le développement de la marque à l’avenir ? Elargir la gamme d’accessoires, explorer le vêtement… ? Les idées ne manquent pas pour la suite. Aujourd’hui, mes produits sont vendus en ligne sur le site www.bianka-leone.com mais j’entends bien développer un réseau de distributeurs : concept-stores, boutiques de décoration… pour étoffer la visibilité de la marque sur la région et dans l’Hexagone. Pour les supports, je réfléchis à plusieurs options dont la création d’un papier peint, de foulards ou de papeterie par exemple mais le vêtement n’est pas inscrit au programme. Je vous donne rendez-vous dans mon showroom-atelier boulevard Clémenceau pour découvrir l’univers Bianka Léone.

www.bianka-leone.com / © Laurent Vilarem

Facebooktwittergoogle_pluspinterestlinkedin


© 2015 FOCUS MAGAZINE Montpellier - Nîmes - Avignon - Marseille - Aix en Provence